La mort du poète Evtouchenko

Le grand poète n'est plus.

Evguéni Evtouchenko, mort samedi 1er avril aux Etats-Unis, fut un poète prodige, un de ceux qui ont ranimé la vie et la culture soviétique dans les années 1960, avec Andreï Vosnesenski, Bella Akhmadoulina, ou encore le barde géorgien Boulat Okoudjava.

Il faut avoir vu Evtouchenko, aux côtés de Voznesenski, en 1959, dans l’immense Victoria and Albert Hall de Londres déclamer ses vers devant des milliers de londoniens pour avoir une idée de la gloire prodigieuse qui souleva alors ces deux jeunes gens, les projetant de l’estrade estudiantine de Moscou à une estrade quasi mondiale.

Pourquoi ce prodige ? On croyait l’univers soviétique à tout jamais congelé par le stalinisme. La Révolution était réduite à une liturgie de plus en plus compassée, bientôt funèbre. Et tout à trac deux prodigieux jeunes poètes mimant et déclamant leurs vers s’échappèrent de la cage, et lancèrent leurs vers frais, simples, à la face du monde. Ils avaient évidemment l’aval du maître d’alors, Nikita Khrouchtchev. On les exportait comme des bêtes curieuses, mais les jeunes golems échappèrent à leur maître.  Lequel allait un peu plus tard, en mars 1963, les sermonner de façon humiliante dans une séance célèbre au Kremlin. Mais il était trop tard. En 1961 Evtouchenko se rendit avec un ami poète à Kiev pour voir ce qu’il restait du ravin de Babi Yar où des SS allemands et leurs nervis ukrainiens avaient massacré des milliers de Juifs. A sa stupéfaction il découvrit que l’endroit non seulement ne comportait aucun monument, mais servait de décharge, il voyait la ronde des les camion-bennes. Aussitôt il écrivit « Babi Yar », lut le poème à des amis, puis le proposa à la Literatournaïa Gazeta. Il attendit des heures la décision du rédacteur en chef ; contre toute attente elle fut positive et tard dans la nuit le jeune poète eut dans les mains le journal qui allait être enlevé en une heure de tous les kiosques, qui allait faire pleurer des milliers de lecteurs. Le tabou de l’antisémitisme soviétique venait de tomber. Le rédacteur en chef fut limogé, mais le « mal » était fait.  Evtouchenko par ce poème, puis par le suivant, « les Héritiers de Staline », paru dans la Pravda et avec l’aval de Khrouchtchev, joua un rôle décisif dans la déstalinisation. Khrouchtchev l’avait décidée, le poète l’accomplit.
Poète d’estrade, il connaissait par cœur des kilomètres de vers, les siens et ceux des autres. Il pouvait tenir en haleine des stades entiers. Il était un nouveau Maïakovski, du moins se voulait tel - dans la lignée des poètes russes morts jeunes, en duel, ou suicidés. Mais ce destin ne lui pas accordé. Il vécut jusqu’à 84 ans, après avoir transformé sa datcha de Peredelkino, au village des écrivains, en musée où les admirateurs vont se presser pour le pleurer. Il fut le barde d’un communisme rajeuni, amoureux de Fidel, qu’il célébra souvent en vers, chantant les exploits industriels et chuchotant des poèmes sur l’intimité amoureuse, qui en URSS était tabou (« en URSS, il n’y a pas de sexe »).

Il symbolisait l’ouverture des frontières, il chantait le grand Nord russe et les ruelles de Barcelone.  Éternel Don Juan, éternel bateleur, il se faisait tout pardonner. Dans son drame « Van Gogh » il s’écrie : «  Nous sommes de la côte d’Homère/ Nous sommes de la côte de Rembrandt. / Nul besoin n’avons du grand monde/ Ni de Mahomet, ni du Christ. / Donnez-nous seulement du pain noir/ Du papier, de l’argile, une toile ! ». Il usa sans doute plus de papier qu’il n’aurait dû. Le vieux jeune homme peut retourner dans son musée…

КУРСЫ ВАЛЮТ
CHF-USD 1.04
CHF-EUR 0.92
CHF-RUB 62.05

САМОЕ ЧИТАЕМОЕ

Арендовать жилье в Швейцарии – миссия невыполнима?

На какие только ухищрения не приходится идти швейцарцам, чтобы понравиться владельцу квартиры, на которую претендуют еще несколько десятков кандидатов. Об этом – в новом исследовании comparis.ch.
Всего просмотров: 1,685

Акт со-творчества

Корреспондент Нашей Газеты побывала на спектакле «Бродский/Барышников» в цюрихском театре Schauspielhaus и делится своими впечатлениями.
Всего просмотров: 1,198

Новая система сбора биометрических данных – скоро в руках швейцарцев?

Ныне действующая платформа для сбора цифровых фотографий и отпечатков пальцев, введенная в строй в 2010 году, должна быть заменена в 2020-м. Обе палаты парламента договорились о приоритете швейцарских компаний при реализации проекта.
Всего просмотров: 922
© 2015 Наша Газета - NashaGazeta.ch
Все материалы, размещенные на веб-сайте www.nashagazeta.ch, охраняются в соответствии с законодательством Швейцарии об авторском праве и международными соглашениями. Полное или частичное использование материалов возможно только с разрешения редакции. В случае полного или частичного воспроизведения материалов сайта Nashagazeta.ch, ОБЯЗАТЕЛЬНА АКТИВНАЯ ГИПЕРССЫЛКА на конкретный заимствованный текст. Фотоизображения, размещенные редакцией Nashagazeta.ch, являются ее исключительной собственностью. Полное или частичное воспроизведение фотоизображений без разрешения редакции запрещено. Редакция не несет ответственности за мнения, высказанные читателями в комментариях и блогерами на их личных страницах. Мнение авторов может не совпадать с мнением редакции.
Scroll to Top
Scroll to Top